La section départementale du Spéléo-secours français

Présentation du Spéléo-secours français

Le Spéléo-secours français (S.S.F.) est une commission de la Fédération française de spéléologie (F.F.S.). Cette commission a pour missions :

La Fédération française de spéléologie a publié un numéro spécial des Cahiers du CDS (n°7 ; PDF - 1,9 Mio) sur les accidents spéléologiques. Datant de 1996, on y trouve une étude détaillée des accidents survenus entre 1985 et 1995. Voir aussi le Dossier de presse du S.S.F. (PDF - 75 Kio) pour avoir des informations récentes sur les accidents spéléologiques.

Le SSF se compose d'une Direction nationale composée d'un bureau et de Conseillers techniques nationaux (C.T.N.) et de sections départementales dirigées par des C.T. départementaux (C.T.D.). Chaque section départementale regroupe des fédérés bénévoles, spécialistes (artificiers, médecins, plongeurs...) ou non, prêts à participer aux secours en milieu souterrain. Pour connaître la liste des C.T.N. et C.T.D. de chaque département, consultez les pages dédiées du S.S.F. Le S.S.F. propose de nombreuses formations relatives aux opérations de secours afin de garantir l'efficacité de ses équipes.

Vous êtes plongeur spéléo ? Déclarez-vous auprès du S.S.F. comme volontaire pour les secours en milieu noyé. Pour cela téléchargez la fiche signalétique (PDF - 76 Kio) et renvoyez-la à l'adresse indiquée.

Le S.S.F. est officiellement reconnu et cité dans la loi n°2004-811 de modernisation de la sécurité civile du 13 août 2004 comme un partenaire pour les opérations de secours en milieu souterrain :

La section départementale (S.S.F. 54)

Elle est dirigée par François BOYETTE, C.T.D.S. depuis 1979, aidé par un adjoint, Cyril WIRTZ, C.T.D.S.A. depuis février 2004. Depuis le 27 février 2004 le C.D.S. est conventionné avec la préfecture de Meurthe-et-Moselle pour l'assistance technique en secours en milieu souterrain :

L'opérationnel secours départemental se compose de 25 bénévoles (environ 1/4 des licenciés du département) dont une équipe A.S.V., une équipe Évacuation, une équipe Transmission, une équipe Désobstruction, etc. Il dispose aussi de 4 artificiers dont 2 (détenteurs du Certificat de préposé aux tirs de mines) sont habilités par la préfecture de Meurthe-et-Moselle exclusivement pour des travaux désignés par le C.D.S.

Afin de maintenir ses équipes en alerte et opérationnelles, le S.S.F. 54 organise des formations et des exercices annuels.

Matériel ASV - CDS-54

Formations

Depuis mars 2005 le C.D.S. organise des Rencontres de formation secours. Elles ont lieu essentiellement des mardis soirs au gymnase Provençal (quai rené 2 à Nancy) ou sur "le terrain" dans les grottes de Pierre-la-Treiche ou au spéléodrome de Nancy. Elles permettent d'apprendre, de revoir et d'approfondir les diverses techniques liées aux secours en milieu souterrain. Ces rencontres ont permis l'élaboration d'un Mémento (PDF - 661 Kio).

Manifestations et exercices

Interventions réelles engagées

Autour des secours

Techniques

Médecine

Communication souterraine

Désobstruction

En cas d'accident spéléo

Tout d'abord, avoir sur place ce qu'il faut :

En cas d'accident spéléo, téléphoner par ordre de priorité jusqu'à l'établissement d'un contact :

  1. à un responsable local du Spéléo-secours français (Consulter la page sur le site du S.S.F.)
  2. En cas d'impossibilité à joindre un Conseiller technique départemental en spéléologie, composez le 0800 121 123, numéro vert de l'opérationnel national du Spéléo-secours français qui vous permettra d'être mis en relation avec un Conseiller technique national pour l'activation d'une opération de secours
  3. au Service départemental d'incendie et de secours de Meurthe-et-Moselle par le 15, le 17 ou le 18 (ou le 112 avec un portable) en précisant qu'il s'agit d'un "accident de spéléologie" et qu'il faut alerter le Conseiller technique départemental en spéléologie sur le département

En cas d'accident corporel, il est indispensable que l'alerte soit transmise par un témoin direct. Il pourra ainsi répondre aux questions qui lui seront posées relatives au lieu, à l'heure et aux circonstances de l'accident. Le message d'alerte devra également comporter un bilan de santé minimum de la victime (les six questions).

Il faut consacrer le temps nécessaire à la collecte et à la rédaction des renseignements qui constituent le message d'alerte.
À savoir :  - L'heure et les circonstances de l'accident.
- Le bilan de l'accidenté. Le minimum sera : 
  1. La victime répond-elle aux questions ?
  2. Peut-elle bouger tous ses membres ?
  3. Sa respiration est-elle normale ?
  4. Le pouls bat-il au poignet ?
  5. A-t-elle des blessures évidentes ?
  6. Est-elle en train de s'affaiblir ?